• derniers articles

    THE JUICE (Fabrice JOUSSOT) - 19 JANVIER 2019 (20h30)

    THE JUICE (Fabrice JOUSSOT) - 19 JANVIER 2019 (20h30)THE JUICE - Fabrice Joussot (guitare chant) / [more]

    Nos souhaits pour 2019.....

    Nos souhaits pour 2019.....Une année riche en concerts et actions autour [more]

    LA JAM TBS DE LA RENTREE - Jeudi 7 février

    LA JAM TBS DE LA RENTREE - Jeudi 7 févrierComme tous les premiers jeudi de chaque mois, [more]

    PRESENTATION :CONCERT FRED CRUVELLIER LE 15 DEC AUX MARINS.....

    PRESENTATION :CONCERT FRED CRUVELLIER LE 15 DEC AUX MARINS....."FRED CRUVEILLER Blues Band nous revient pour [more]

Concert TBS – THE IMPERIAL CROWNS – Vend 11 nov 2016, le REX !

THE IMPERIAL CROWNS (US)

Venus tout droit (ou presque) de Los Angeles !!

Un événement exceptionnel de votre Toulouse Blues Society,

Vendredi 11 nov 2016, 20h30 – Le Rex (15 Avenue Honoré Serres, 31000 Toulouse)

Prévente : http://www.lerextoulouse.com/fr/programmation/

Entrée 15€ (plein), 12€ (adhérents TBS)

Nouvel album sortie Octobre 2016

« We play ferocious Blues, Psychedelta Soul & Pumpin’ funk… This is what Imperial Crowns do for a living ! »

Ces quelques mojj_holiday_rockpalast2004ts, qui font office de professioimperialcrowns_11n de foi, sont à mettre à l’actif de Jimmie WOOD. Le charismatique frontman, du groupe le plus explosif de Los Angeles, n’a en effet pas l’habitude d’altérations littéraires pour présenter la démarche artistique de The Imperial Crowns.

Le Chanteur-harmoniciste prend toujours le chemin le plus court pour évoquer une musique qui est au blues ce que le piment Carolina Reaper est à la famille des solanacées. Une sorte de bombe qui secoue l’ensemble de nos sens et dont on devient systématiquement un adepte, après avoir eu l’idée saugrenue de croquer dedans à pleine dents.

Il faut dire que le bonhomme en connait un rayon niveau musique qui déboîte et d’entouré du fidèle J.J Holiday (Guitare) et de Billy « Champagne » Sullivan (Batterie), il peut se prévaloir d’un cursus à faire pâlir le plus blasé des roadies, ayant échappé aux diverses perniciosités du Festival d’Altamont en 1969. A eux trois, les bad boys californiens ont, excusez du peu, prêté main forte à une ribambelle d’étoiles des musiques roots (Bruce Springsteen, Bob Dylan, Etta James, Gladys Knight, Jim Belushi, ou encore Little Bob, le plus anglophile des rockers français).

Riches d’un, tant attendu, cinquième album les mercenaires du décibel reviennent enfin souffler un vent d’irrévérence sur le vieux continent. De quoi nous prouver, une nouvelle fois, qu’ils en ont sous le pied et d’ils n’ont pas fini de tordre le cou à la morosité ambiante.

David BAERST

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.